En direct

Now playing ON N'EST PAS SORTI DE L'EUROPE
› C’était quoi ce titre ?
Icone facebook Icone twitter Icone youtube Icone flickr Icone mail

Les armes de l'Europe pour défendre l'université d'Europe centrale

À Budapest, l’université d’Europe centrale aussi appelé « l’université Soros » subit une offensive législative du gouvernement de Victor Orban, en Hongrie. Cette école risque la fermeture après le vote d’une nouvelle loi.

 Elsa Bernard, professeur de droit public à l’université Lille 2 et spécialiste du droit de l’Union européenne explique comment cette université est visée par « cette loi adopté le 4 avril en procédure accéléré ». Créé en 1991 après la chute du communisme, l’établissement a longtemps été considéré par le gouvernement de Viktor Orbán comme un bastion hostile du libéralisme. 

Au lendemain des 60 ans du traités de Rome, la Hongrie a signé l’accord visant à promouvoir les valeurs de l’Union européenne. Dans le même temps, le premier ministre hongrois a adressé un questionnaire dans tous les foyers intitulé: « stoppons Bruxelles ».  Ces positions polémiques ont fait réagir le président de la Commission « pour ce qui est du questionnaire que Viktor Orbán a fait parvenir à tous les ménages hongrois, il n’est pas question de sortir de l’Union européenne, mais il est question de stopper Bruxelles. Je voudrais, après avoir lu ce questionnaire orienté, mieux comprendre les intentions de Viktor Orbán. Mais cette façon de dire du mal de Bruxelles après avoir signé la Déclaration de Rome dit plus sur l’auteur du questionnaire, que sur l’état de l’Union européenne » a déclaré Jean-Claude Juncker.

Retrouvez notre interview pour en savoir plus:

Rédigé par
La rédaction

Commentaires

Pas de commentaires