L’édito d’Yves Pascouau · Les Cow-boys

L’édito d’Yves Pascouau · Les Cow-boys

Yves Pascouau, Chercheur à l'Université de Nantes - Chaire Schengen - Institut d'Etudes Européennes et Globales - Alliance Europa.

Notre éditorialiste est docteur en droit public de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour. Il est actuellement chercheur à l'Université de Nantes, titulaire de la Chaire Schengen. Il est aussi membre de l'Institut d'Etudes Européennes et Globales - Alliance Europa dont l'ambition est de "faire émerger un pôle de recherche interdisciplinaire de visibilité européenne en Pays de la Loire". Yves Pascouau est également chercheur associé Senior à l'Institut Jacques Delors (un think-tank européen basé à Paris). Avant de rejoindre l'université de Nantes, Yves Pascouau a exercé les fonctions de Directeur des questions migratoires au European Policy Centre (un think tank basé à Bruxelles).

A coté de ses fonctions professionnelles, Yves Pascouau a fondé en 2013 le site europeanmigrationlaw.eu, qui a pour objectif d'offrir aux professionnels et praticiens un "accès simple et rapide au droit et à la jurisprudence de l’UE".

Quelques liens :

L'édito d'Yves Pascouau · Les Cow-boys

Vous les entendez Laurence ? Ils arrivent…

 

Mais qui ça ?

 

Et bien eux…    → Son Le Bon, la Brute et le Truand

 

Les cow-boys ! Ils ne portent pas de santiags et ne chevauchent pas de puissants mustang. Non, ils portent des costumes bien taillés et se déplacent en limousines aux vitres teintées. Ces cow-boys des temps modernes ce sont certains ministres et secrétaires d’Etat européens à l’asile et à l’immigration.

 

Mais pourquoi les cow-boys

 

Et bien Laurence parce qu’ils se comportent comme dans le far-West. Ces responsables politiques s’illustrent par un mode d’action empreint d’une certaine brutalité et qui méprise la règle de droit. En moins d’une semaine ils nous ont déjà montré toute l’étendue de leur talent.

 

Au Ministre autrichien revient la palme de l’incorrection. Alors que l’Autriche s’apprête à prendre la Présidence semestrielle de l’Union le 1er juillet, le Ministre a tout simplement disqualifié le travail réalisé par la Présidence bulgare actuellement en exercice. Il a indiqué que l’Autriche allait abandonner la logique de négociation actuelle et proposer une nouvelle perspective. Du jamais vu dans le monde feutré des négociations européennes qui sont fondées sur le respect des partenaires et de leur action.

 

En effet

 

Le prix de l’analyse juridique revient à Théo Francken le secrétaire d’Etat belge. Lui a tout simplement indiqué qu’il fallait trouver une manière de contourner l’article 3 de la Convention européenne des Droits de l’homme. Vous savez Laurence, l’article 3 c’est celui qui empêche les Etats européens de refouler les bateaux de migrants vers des pays où ils risquent la torture ou des traitement inhumain ou dégradants. Et bien pour M. Francken, cet article qui empêche les Etats européens de refouler vers la Lybie ou ailleurs doit être contourné. Bon, on rappellera à Théo Francken que ça risque d’être difficile car l’article 3 est un des rares articles de la Convention à ne souffrir aucune dérogation possible.

 

Et j’imagine que vous allez aussi faire référence au refus de l’Italie d’ouvrir ses ports aux migrants secourus en mer 

 

Tout à fait Laurence . Ici a priori pas de violation du droit car il n’existe manifestement pas de règle internationale qui oblige un Etat à ouvrir ses ports. Mais c’est la démonstration que les formations politiques hostiles à l’immigration sont désormais au pouvoir aussi en Italie… Et que ces formations entendent gouverner de façon brutale vis-à-vis des personnes, en refusant d’accueillir des enfants, des femmes et des hommes et en les refoulant, et vis-à-vis des partenaires, en disant que c’est à l’autre en l’espère à Malte de faire le « sale boulot ».

 

On voit bien Laurence que le paysage est en train de changer et qu’il change vite. On compte désormais 8 gouvernements aux thèses ouvertement anti-immigration (les 4 du groupe de Visegrad + l’Autriche, l’Italie, le Danemark et la Belgique). A un an des élections européennes c’est plus qu’inquiétant. Plus que jamais, la campagne électorale qui va s’ouvrir devra faire œuvre de pédagogie et rappeler que l’Union européenne du XXIème siècle est autre chose qu’un mauvais western.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.