JEF MAARAWI (GRECE)

L'album européen de la semaine, c'est "COMFORT FOOD" de JEF MAARAWI (GRECE). Gagnez cet album en écrivant à musique(at)euradionantes.eu

JEF MAARAWI (GRECE)

ABOUT THE ALBUM :

Interview with Jef Maarawi :

 

Almost four years have passed since the debut Egg Hell album, “Once Part Of A Whole Ship”. Jef Maarawi returns, with his first solo work, “Comfort Food”.

The music of “Comfort Food” sounds like coming out effortlessly, with laid back melodies and very few outbursts. Luscious guitars, subtle orchestrations, good chemistry between Jef Maarawi and King Elephant in production.

However, the disarming sincerity of Jef’s lyrics touches the common human weaknesses so deeply, that sometimes it hurts. And while the Black Dog wounds have been masterfully concealed with humor and cynicism, through the analgesic pop of “Comfort Food” the artist’s personal pain meets the listener who survives with the help of material or spiritual addictions, hidden behind the convenience of his own comfort foods. Somehow, Jef Maarawi’s dark forest entwines more or less known stories, such as that of young Omayra Sánchez, that of the Jonestown massacre, or that of a stranger who jumps on the train tracks.

And as the stories end along with the vinyl grooves of this album, the smiling, generous heart defeats the body which is always ready to succumb and “Comfort Food” resembles a farewell letter, one step before the change.

Jef Maarawi et Inner Ear nous offrent une double exclusivité, le clip de Forest et l’écoute de son deuxième album, Comfort Food à paraître le 11 décembre.

Jef Maarawi comme son nom l’indique vient d’Athènes où les athéniens l’atteignirent. La Grèce serait-elle le nouvel eldorado musical, une sorte de Belgique, de Suède, d’Islande du sud ? Né à Sao Paulo en 1990, d’un père syrien et d’une mère grecque, Jef est un véritable melting pot musical influencé par Bonnie ‘Prince’ Billy, Elliott Smith ou Father John Misty.

A l’écoute de Reverend Jones, de son cri et de son saxophone démoniaque, on est happé par l’univers de ce barbu jovial. Jef Maarawi faisait parti d’un groupe, Egg Hell dont il a fait une omelette pour partir en retraite spirituelle au Brésil et en Californie. Il revient en solo avec un disque solide, Comfort Food, véritable épopée mentale personnelle. On part du Corcovado à Rio pur traverser la Forest rencontrer le sinistre Reverend Jones qui a « cyanuré » les disciples de son temple du peuple. Puis direction la tentaculaire L.A à la recherche de Confort food pour retrouver le moral ou mieux, d’un Dread and breakfast ce qui n’évite pas les drames comme ce Someone Jumped in Front of a Train ou le souvenir terrible du regard d’Omayra Sanchez, morte en Colombie sous le regards des caméras putrides du monde entier. Un périple éprouvant, mais fulgurant de beauté et de sincérité.

Jef Maarawi explique que « les images pour le titre Forest ont été tournées de manière improvisées en deux jours par son ami et photographe Danilo Arenas. Après une longue conversation à propos de la chanson, nous avons décidé de tourner dans cette maison à Salto de Pirapora au Brésil, à l’ouest de Sao Paulo où il a passé une partie de son enfance. Nous ressentions que l’atmosphère de la chanson serait plus directe et familière. Le concept est basé sur la chanson qui évoque l’effort de se sentir à l’aise dans une forêt. »

(SOUL KITCHEN)

THE VIDEO

MORE INFOS :

https://www.facebook.com/jefmaar/

https://jefmaarawi-inner-ear.bandcamp.com/album/comfort-food

http://inner-ear.gr/

Leave a Reply

Your email address will not be published.