Affaire Sergueï Skripal : ce qu’en dit la presse européenne

La presse européenne s’inquiète des suites de cette histoire et de son impact dans les relations diplomatiques entre le Royaume-Uni et la Russie.

Affaire Sergueï Skripal : ce qu’en dit la presse européenne

Dimanche 4 mars dernier, un homme et une femme sont retrouvés inconscients sur le banc d’un centre commercial de Salisbury. Il s’agit en réalité d’un ex-officier des services russes de renseignement militaire nommé Sergueï Skripal et de sa fille Youlia. Selon la police britannique, ils ont été victime, « d’une tentative de meurtre par l’administration d’un agent innervant ». Les deux individus ont été hospitalisés et sont toujours dans un état critique.

Au Royaume-Uni, on soupçonne la Russie d’être à l’origine de cette affaire, qui risque de tendre les relations entre les deux pays.

La Russie est-elle responsable ?  

C’est justement ce que se demandent certains éditorialistes. Une partie de l’opinion britannique pense en effet que faute de preuve, il faut rester prudent. Même si l’affaire rappelle étrangement celle de l’assassinat en 2006 de Litvinenko, il ne faut pas tirer de conclusion trop vite. Pour le journal The Independent :

 « Un code d’honneur a prévalu jusqu’à maintenant dans les échanges d’espions. Les agents échangés passent sous la responsabilité des pays pour le compte desquels ils ont espionné, tandis que les pays qu’ils ont trahis les laissent tranquilles. S’il en était autrement (…) c’en serait fini de cette pratique. Pour cette raison, mais aussi parce que cet échange a eu lieu il y a fort longtemps (…), il paraît très peu probable que l’Etat russe ait visé Skripal ».

­­­­­­

Mais des doutes subsistent malgré tout…

Cette affaire rappelle la méfiance réciproque entre la Russie et l’Occident. Et c’est vrai que le contexte actuel maintient ce sentiment. Un article paru le 7 mars dernier sur le site russe Republic, disait d’ailleurs la chose suivante :

« Pour bien des raisons, l’Occident est aujourd’hui persuadé de la perniciosité et de la sournoiserie de la Russie. Et la Russie a autant de raisons d’être assurée des partis pris non objectifs de l’Occident ». On ne peut donc pas dire que la confiance règne… »

Une affaire révélatrice de l’influence de Moscou ?

En effet, beaucoup pensent que cet acte assoit un peu plus la puissance russe. Selon le quotidien estonien Eesti Päevaleht : 

« Cette affaire montre que Moscou continue à se rire de l’Occident et à faire ce qu’elle veut de ‘ses traîtres’ en territoire étranger. Mais aussi qu’une grâce accordée par le président russe ne présente visiblement aucune garantie ».

Dans ce contexte, il est donc urgent de se protéger. Le Royaume-Uni doit agir et prendre des mesures exemplaires.

« Si les soupçons à l’encontre du Kremlin devaient se vérifier, les répercussions pourraient être gravissimes », affirmait hier le quotidien britannique The Times. « Ceci attesterait que la réaction du gouvernement britannique au dernier assassinat de ce type perpétré sur son territoire a été clairement insuffisante, comme la veuve d’Alexandre Litvinenko n’a cessé de le déplorer. Car il n’y aurait eu aucun effet dissuasif sur la Russie, au contraire, celle-ci aurait été confortée dans ses agissements. Aujourd’hui, il faut donc réagir bien plus fermement – en recourant à des sanctions personnelles contre tous ceux qui pourraient être responsables de cet acte ».

Affaire à suivre donc de très près…

Retrouvez la revue de presse tous les soirs à 17h30 sur Euradio, 101.3 fm

Crédit photo : Matt Brown

Leave a Reply

Your email address will not be published.