Le 8 mars, la presse voit rose

Coup d'oeil sur la presse européenne à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Le 8 mars, la presse voit rose

 

La journée internationale des droits des femmes est célébrée aujourd’hui, à travers toute l’Europe. De nombreuses manifestations sont organisées mais aussi différents événements tels que des colloques et des débats en lien avec les questions d’égalités hommes/femmes.

Et ce qui est flagrant, c’est que les préoccupations semblent être les mêmes d’un pays à l’autre.

La presse européenne se penche beaucoup sur les inégalités au travail …

Même si de nombreux efforts sont faits, du côté de la législation notamment, le monde du travail reste encore largement hostile aux femmes. À ce sujet, un article publié sur le site The Guardian dénonce l’écart qu’il existe entre la rémunération des hommes et celle des femmes.

« Selon l’Office National des Statistiques, l’écart salarial au Royaume-Uni est de 18,4 %. Cela veut dire que les femmes travaillent en réalité gratuitement pendant plus de deux mois par ans ».

Mais justement, l’analyse d’un article publié sur le quotidien italien Il Fatto Quotidiano, va plus loin :

« Les inégalités ne regardent pas seulement les salaires, elles concernent aussi le type de travail. Les femmes continuent à être plus nombreuses dans l’enseignement et dans les services d’aide à la personne, et les hommes dans les métiers plus techniques ou même scientifiques. C’est plus de 89% du secteur de l’aide à la personne qui est représenté par des femmes, alors que c’est 97% du secteur du bâtiment et 74% des secteur de l’ingénierie qui est occupé par les hommes ».

Des questions qui concernent avant tout l’éducation 

Au niveau culturel, les femmes ne sont pas toutes considérées de la même façon d’un pays à l’autre. C’est ce que dénoncent certains pays, au-delà de l’Union européenne. En Turquie, le portail web ARTI GERCEK publiait aujourd’hui un article disant que « Dès leur plus jeune âge on inculque aux femmes qu’elles doivent assumer toutes les corvées ménagères : s’occuper de leurs frères et sœurs et des personnes âgées, faire le ménage, la cuisine, les achats. Tout cela n’est pas considéré comme du travail, car on inocule aux femmes que ces tâches leur incombent naturellement (…) Pourtant, toutes les sources et toutes les études le confirment : plus les femmes sont impliquées dans la vie active sur une base égalitaire, plus le niveau de richesse du pays augmente ».

À en croire les éditorialistes, la parité est donc encore loin d’être la norme…

C’est du moins le sentiment qui persiste dans l’opinion. Dans l’Union-Européenne, les lois sont clairement étudiées pour respecter la parité entre les hommes et les femmes. Mais de la théorie à la pratique, il y a souvent un monde. Comme le remarque le quotidien espagnol El Pais :

« Le 8 mars est un succès. Il importe à présent de se focaliser sur le 9 mars ». Sous entendu : dans les faits, les lois sont plus difficiles à faire respecter.  « La loi sur l’égalité existe déjà, et les efforts en vue de l’égalité se reflètent dans les conventions passées par les entreprises. Et pourtant, à en juger par l’écart salarial et le plafond de verre qui continuent d’empêcher le développement des femmes, rien de tout cela n’est mis en application. Seules des mesures coercitives pourront faire bouger les lignes en matière de parité ».

 

Une chose est sûre, cette année la journée internationale des droits des femmes a une résonance particulière, comme le dit un article sur le site français Le Monde :

« les prises de position ont largement dépassé le sujet des violences faites aux femmes, ouvrant le débat sur la place des femmes dans la société, et faisant émerger des thématiques comme la charge mentale, le congé paternité, l’écriture inclusive ou encore les violences obstétricales ».

L’affaire Weinstein révélée en octobre dernier, aura au moins permis de libérer la parole.

Retrouvez la revue de presse tous les soirs à 17h30 sur Euradio, 101. 3

Crédit photo : Louise Helmfrid

Leave a Reply

Your email address will not be published.