A la rédac on aime… Les Femmes s’en mêlent #21

A la rédac on aime… Les Femmes s’en mêlent #21

Le festival LES FEMMES S’EN MELENT célèbre la scène féminine indépendante depuis maintenant 20 ans. La 21ème édition parisienne se déroulera les 15, 16 et 17 mars 2018 à la Machine du Moulin Rouge. Le festival a choisi d’investir pendant trois jours ce lieu unique aux espaces multiple pour toujours et encore programmer des artistes d’horizons variés, mais aussi pour faciliter les rencontres, le partage et la découverte. L’occasion de célébrer une nouvelle fois la créativité féminine.

Et si le coeur du festival sera à la Machine, nous prendrons aussi le pouls de la scène féminine à travers des événements off à Paris dans d’autres lieux et à travers la tournée du festival dans toute la France jusqu’au 30 mars.

A sa naissance en 1997, il ne s’agissait alors que d’un unique concert parisien, le 08 mars, journée internationale de la femme. Gardant cette même idée de départ mais s’affranchissant de cette journée de célébration, les Femmes s’en Mêlent s’étend désormais dans toute la France, en Belgique et en Suisse et sur plusieurs soirées à Paris .

Porté avec passion et curiosité, reconnu pour son éclectisme et son exigence, le festival met en avant des artistes innovantes, téméraires, affranchies et profondément singulières. Prenant appui sur une scène féminine de plus en plus riche et variée, il s’est développé au fil des années pour devenir un rendez-vous européen incontournable. Tirant partie de sa renommée il accueille de nombreuses artistes internationales et fait la part belle à la découverte et à l’émergence de nouveaux talents.

Les Femmes s’en Mêlent, hormis ce subtil jeu de mots dénotant avec un certain plaisir la présence de plus en plus importante des femmes dans la musique, est un festival militant, solidaire, défricheur et indispensable.
En savoir plus

Melissa Laveaux

Mélissa Laveaux d’origine haïtienne, revisite l’extraordinaire patrimoine musical de la terre natale de ses parents. Après de nombreuses recherches documentées sur la période d’occupation du pays par les USA (1915 à 1934). Mélissa réveille ces chants populaires de résistance honorant ainsi une mémoire souvent dissimulée dans les livres d’histoire. Tout en conservant sa fabuleuse énergie rock et le voile singulier de sa voix !

Le Facebook de l'artiste

Pink Kink

Originaire du Pays Basque, du Montana, d’Oslo, de Bavière et  de Sunderland, l’improbable quintet Pink Kink (4 filles + 1 garçon)   pourrait rapidement devenir l’un des plus pertinents nouveaux groupes au Royaume-Uni.
Antifascistes,  féministes,  questionnant le genre, le groupe offre une nouvelle perspective sur la réalité contemporaine qui nous entoure, provoquant  des discussions et un changement de conscience.

Semblant être influencée par le garage, le shoegaze, le jazz, le rock psychedelic ou la pop, Pink Kink définit sa musique comme étant “psycho-tropical-bubble-what? “…
Avec leurs lives provoquants et subversifs ils ont déjà jeté un sort aux  fans du nord -ouest de l’Angleterre, tout jouant des shows plus conventionnels aux côtés de groupes tels que Dream Wife, Mannequin Pussy, Goat Girl, Pins ou encore The Moonlandingz et HMLTD.

Le Facebook du groupe

Lomboy

Lomboy, nom d’un arbre tropical d’Asie du Sud-Est, c’est aussi le nom choisi par la douce et mystérieuse Tanja Frinta pour le projet qu’elle orchestre d’une main de velours.
Composé de musiciens français, belges ou japonais, Lomboy puise son inspiration au delà des frontières, rêvant d’aventures lointaines dans une nature où les climats musicaux se mé- langent, le regard tourné vers le soleil levant.

Héritier des plus belles heures de la pop, des Etats Unis des 70’s de Nancy Sinatra et Lee Hazelwood, du cinéma français des 60’s ou des bandes sonores de Martin Denny, ce projet est gorgé de références musicales élégantes.
Néanmoins témoin de son époque, il touche à la légèreté du groupe Air et plane dans l’am- biance vaporeuse des Dirty Beaches.
Entre voix pitchées et dépitchées, samples de guitares, rythmes tribaux et cuivres décompo- sés, Lomboy nous surprend à chaque morceau. Le groupe pose peu à peu son décor et nous emporte dans un univers de rêves en sépia, dans la chaleur classieuse d’un whisky japonais sur une table d’acajou.
Formé en 2014 à Bruxelles, le groupe sort son premier single South Pacific en novembre 2016, puis son premier Ep éponyme Ie 9 janvier 2017 chez Cracki Records.

Le Facebook du groupe

Quelques liens

 

 

 

 

  • Le site Web du Festival
  •         Le Facebook du Festival
  •         L'évènement Facebook des Femmes s'en mêlent au Stereolux
  •         Le lien vers la billetterie

Leave a Reply

Your email address will not be published.