Chine. La révision constitutionnelle décryptée dans la presse européenne

La révision constitutionnelle permettrait à Xi Jinping de gouverner à vie.

Chine. La révision constitutionnelle décryptée dans la presse européenne

C’est une nouvelle ère qui s’ouvre en Chine. Voilà maintenant 5 ans que Xi Jinping dirige le pays. Il y mène déjà une politique ferme et autoritaire.

Seulement voilà, l’emprise du dirigeant sur le pouvoir chinois va clairement s’accentuer, puisque dimanche dernier, le Parti communiste chinois a laissé entendre qu’il était favorable à réviser la constitution.

Jusqu’à présent, il était stipulé qu’un président ne pouvait exercer plus de deux mandats consécutifs de cinq ans. Et bien cela va changer.

La pensée de Xi Jinping a été inscrite dans la charte du Parti communiste chinois, et il se fait déjà appeler « lingxiu », autrement dit « leader », terme qui remonte à l’ère de Mao.

Ce qu’en pense la presse européenne 

Ce tournant signe le retour d’un pouvoir personnel absolu et du culte de la personnalité.

Il ne faut pas oublier que la Chine reste une dictature affirme le quotidien danois Jyllands-Posten :

« On oublie facilement que la Chine est un des Etats policiers les plus redoutables au monde. … Derrière la façade rutilante des gratte-ciels et des voitures de luxe, la répression des dissidents s’est aggravée. La révolte est restée très modérée. Xi Jinping veut lever la restriction constitutionnelle qui limite la durée du mandat – une prévision justement censée empêcher l’avènement d’un nouveau Mao ».

Comment le pouvoir en place a-t-il réussi ce tour de force ?

En fait, ce qui fait toute la particularité du régime de Xi Jinping, c’est qu’il réussit à montrer l’autoritarisme sous un jour favorable. Là-bas, la politique autoritaire menée par le leader est même envisagée comme un progrès. Et c’est là où la situation devient inquiétante. La manipulation est parfaite. C’est d’ailleurs l’analyse exposée par le quotidien suisse Le Temps. L’article daté du 26 février affirme en effet que Pékin va plus loin que l’autoritarisme turc, russe ou égyptien :

« Du point de vue du PCC, l’échec de la démocratie est consommé, cette dernière étant vouée à sombrer dans le court-termisme et le populisme. L’avenir est aux systèmes politiques pyramidaux, décrits comme plus stables et permettant une meilleure prévisibilité économique ».

La stratégie de Xi Jinping : un révélateur des difficultés rencontrées par la Chine, dans le monde actuel ?

Il ne faut pas oublier que l’ordre mondial actuel est très complexe. Et le dirigeant chinois en est pleinement conscient.

« La Chine se trouve à un moment charnière extrêmement dangereux pour le pays », note le site d’information russe Ria Nowosti. Tant sur le plan économique que géopolitique d’ailleurs. D’une part, « le boom de croissance s’essouffle et le pays recherche de nouveaux modèles de développement [d’autre part] ses aspirations hégémoniques doivent de plus en plus être confirmées ».

Finalement, que ce soit par ambition personnelle ou par nécessité, pour la survie du pays notamment, la meilleure carte à jouer selon Xi Jinping semble bel et bien être l’autoritarisme.

 Retrouvez la Revue de presse tous les soirs à 17h30 sur Euradio, 101. 3

Crédit photo : SW1994

Leave a Reply

Your email address will not be published.