Ulrike Beate Guerot : « Il faut réinventer la démocratie européenne »

Ulrike Beate Guerot : « Il faut réinventer la démocratie européenne »

Interviewée vendredi 23 février dernier à l’Alliance Europa, Ulrike Beate Guerot, politologue allemande, fondatrice et directrice du European Democracy Lab revenait avec nous sur l’enjeu de la citoyenneté européenne.

Réinventer la démocratie européenne

L’Europe d’aujourd’hui fait l’objet d’un réel paradoxe. Alors que la crise identitaire fait le jeu des extrêmes, nombreux sont ceux qui cherchent à renouer avec l’Union. C’est le cas notamment du président français Emanuel Macron, dont l’un des projets clés est de relancer la machine UE.

Dans ce contexte, il est important de faire comprendre aux individus que « le projet européen est entre les mains des citoyens et des citoyennes européennes », affirme Ulrike Beate Guerot. Ce qu’il faut c’est « réinventer la démocratie européenne en changeant de paradigme ». Autrement dit, remettre la citoyenneté européenne au cœur des discussions et réinstaller la confiance de chacun envers l’Union.

« Nous ne coalisons pas des états, nous unissons des hommes », disait Jean Monnet. Des mots que la politologue souhaite remettre au goût du jour. Mais comment fédérer des citoyens très différents à grande échelle ? Telle est la question qui se pose, face à une organisation aussi complexe que l’Union européenne.

Le rôle des régions dans l’UE de demain

« Il faut chercher l’identité non pas dans la culture mais dans l’égalité devant les droits », soutient-elle. Cela permettrait, d’étendre le cadre démocratique et de l’étendre à tout le territoire européen.

Certains vecteurs d’identité sont d’ailleurs déjà présents au quotidien. C’est le cas de l’euro ou du marché commun, qui créent du lien entre les citoyens, qu’ils soient Allemands, Italiens ou encore Français. La prochaine étape serait selon elle de prolonger l’unité et envisager un cadre légal commun, capable de résoudre certaines asymétries entre les pays de l’UE. Dans ce contexte, pourquoi ne pas envisager une République européenne capable de fédérer tous les citoyens, et laisser la gestion du quotidien aux mains des régions.

« On sent aujourd’hui le besoin d’une démocratie européenne de proximité, où les citoyens puissent participer », reprend-elle. D’où l’importance de poursuivre le processus d’approfondissement, sans pour autant sous-estimer le rôle que les régions ont à jouer. « Il nous faudrait arriver à créer une citoyenneté européenne capable d’unir les citoyens sur le plan normatif », conclue-t-elle.

Retrouvez l’interview complète de Ulrike Beate Guerot ci-dessous.

Leave a Reply

Your email address will not be published.