L’édito de Sylvain Kahn – 17.12.15 – Les inégalités et l’Europe

L’édito de Sylvain Kahn – 17.12.15 – Les inégalités et l’Europe

L'édito de Sylvain Kahn - 17.12.15 - Les inégalités et l'Europe

Dans son édition d’hier, Le journal La Croix raconte comment 116 d’économistes, dont Lucas Chancel et Thomas Piketty, viennent de publier le premier rapport sur les inégalités mondiales. Ils alertent sur les disparités de patrimoine et les écarts de revenus partout dans le monde. En clair : depuis le début des années 1980, si la pauvreté recule à l’échelle de l’humanité, les inégalités se creusent partout sur la planète.

 

Le colossal travail de fourmi effectué par les chercheurs frappe également par sa dimension géographique. Cette explosion des inégalités n’a pas la même ampleur dans toutes les régions du monde. C’est au Moyen-Orient qu’elles sont le plus forte. C’est en Amérique du Nord qu’elles ont le plus augmenté en trente-cinq ans.

 

Où se situe l’Europe ? Hé bien, bonne surprise, l’espace européen est la région du monde la moins inégalitaire du monde. Notre continent n’est pas épargné par la tendance générale à la croissance des inégalités. Il l’est d’autant moins que, pour faire schématique, la réduction de la pauvreté dans les grands pays émergents, comme la Chine, deuxième région la moins inégalitaire de la planète, va de pair avec la fin de l’âge d’or des classes moyennes, de la classe ouvrière et du salariat en Amérique du nord et en Europe.

 

Comment expliquer cette résistance relative des sociétés européennes au creusement des inégalités ? Par les politiques publiques ! Ainsi, le « niveau de déréglementation » et de réglementation, les politiques « d’accès à l’éducation » , ainsi que les politiques fiscales jouent un rôle important.  

 

Les 116 chercheurs du premier rapport sur les inégalités dans le monde vont jusqu’à évoquer un scénario planétaire qui prend l’Europe pour modèle : Si une grande majorité d’Etats adoptait une trajectoire du type de celle de l’Union européenne, avec des politiques éducatives et salariales « plus favorables aux classes moyennes et populaires », les inégalités reculeraient légèrement, résume La Croix.

 

Ce rapport tombe à point nommé. Alors que l’UE et la zone euro renouent avec la croissance, et que le Brexit a ressoudé les rangs des 27,  les dirigeants des Etats membres élus par leurs citoyens, semblent de nouveau gagné par l’envie de mener ensemble des politiques publiques ambitieuses.

 

Ce rapport est donc un encouragement à consolider au niveau de l’UE, ce modèle européen composé d’Etat providence, de régulation du marché, de protection du consommateur, d’investissement dans la recherche et l’éducation, de lutte contre l’évasion fiscale, d’une politique fiscale juste et redistributive. Ce qui passe par la fin du dumping fiscal et du moins disant social.

 

En dévoilant l’existence d’un modèle européen de résistance au creusement des inégalités, ce rapport conforte notre analyse que l’UE est en situation de donner à la réduction des inégalités sur tout son territoire une priorité politique majeure. Ne pas le faire ne serait donc pas seulement une erreur ; ce serait une faute politique. C’est en s’attaquant à la réduction des inégalités que l’UE retrouvera sa légitimité chez tous et combattra efficacement l’euroscepticisme.

sylvain_kahn

Sylvain Kahn, professeur à Sciences Po et chercheur associé au sein de Géographie-Cités

"Sylvain Kahn est professeur agrégé au sein du master affaires européennes et du département d’histoire à Sciences Po. Depuis 2001, il enseigne les questions européennes, notamment l’histoire de la construction européenne."
Pour en lire plus...

Leave a Reply

Your email address will not be published.