CHARLES HOWL (ENGLAND)

L'album européen de la semaine, c'est "MY IDOL FAMILY" de CHARLES HOWL (ENGLAND). Gagnez cet album en écrivant à musique(at)euradionantes.eu

CHARLES HOWL (ENGLAND)

ABOUT THE ALBUM :

Interview with Danny Nellis from Charles Howl :

 

Le musicien anglais Charles Howl annonce son 2nd album My Idol Family, qui fait suite à l’album Sir Vices sorti en 2015.

Fasciné par les bandes-son et la musique pop dans toutes ses formes, Charles Howl a remis à jour les thèmes classiques pour créer sa propre esthétique.

Ajoutant des cordes et une orchestration soignée à des effets éclatants, Charles Howl est à l’aise à la fois sur des chansons aux larges structures et sur des titres plus intimistes.

Avec cet album, Howl révèle son vrai talent de songwriter et d’arrangeur, mêlant storytelling à l’esprit pince-sans-rire ; il est également plus ambitieux, touchant aux thèmes de l’adoration de ses idoles, des amis et de la famille.

L’album a été écrit et enregistré à Amsterdam – une ville qu’il connait bien pour y avoir vécu lorsqu’il avait 18 ans.

Après y avoir passé un weekend avec des amis à la fin de ses cours, au moment de retourner en Angleterre, il a décidé de rester à Amsterdam, se trouvant un job de distributeur de flyers pour pubs à touristes.

Lorsqu’il planifiait l’enregistrement de ce nouvel album, il a décidé de s’éloigner de Londres et de ses distractions ; et des prix exorbitants des studios.

Howl a toujours été fan de James Murphy et voulait imiter, à sa manière, l’expérience de LCD Sound System sur This Is Happening, qui a été enregistré dans une villa à Los Angeles,

« Je me suis dit que ce genre de trucs n’était pas réservé aux groupes ayant de gros moyens. Donc j’ai cherché des endroits à Amsterdam et j’ai trouvé ce studio de reggae à Weesp, en banlieue. Il allait de pair avec une location de chambre sur Airb&b, j’ai sous-loué ma chambre à Londres et j’ai réservé le studio pour un mois. »

Bobby Syme, également membre des Proper Ornaments et batteur, a accompagné Charles Howl à Amsterdam, endossant le rôle de producteur et d’ingé son.

La majeure partie de l’album a été enregistrée par les deux musiciens. On retrouve également Richard Jones aux arrangements de cordes et Victoria Hamblett aux chœurs.

Avec My Idol Family, Charles Howl a désormais trouvé ses marques avec une façon de chanter plus assurée et des paroles auxquelles il laisse plus de place.

Le titre de l’album englobe le thème de la famille et des idoles – les gens qui idolâtrent les célébrités et essayent d’imiter leurs vies.

Le morceau « Meet Lou’s Needs » en est l’illustration ; parlant des gens dans la musique qui essayent d’imiter le look, la musique, l’attitude et les addictions de Lou Reed.

« J’adore Lou Reed mais je n’ai pas envie de voir des imitations pourries de lui à chaque fois que je vais à un concert. », confesse Charles Howl.

On retrouve aussi ce thème d’idoles sur le morceau « John Albarn », dans lequel il imagine la contraction de ses deux héros : John Lennon + Damon Albarn = John Albarn.

Avec des mélodies à la fois brillantes et bancales, My Idol Family dévoile une grande variété de sons. Charles Howl joue la carte de l’honnêteté.

Sans chercher à être fidèle à un genre particulier ou à essayer de s’infiltrer dans le revival psyché de ses dernières années, il s’inspire d’influences éclectiques lui offrant un champ plus large pour créer quelque chose qui sonne à la fois unique et moderne.

English musician Charles Howl returns with his second album My Idol Family, which follows on from his 2015 debut Sir Vices.

Enthralled by soundtracks and pop music in all its forms, Howl updates classic motifs to create a signature aesthetic.

Introducing strings and lush orchestration to dazzling effect, he is comfortable with both wide-open song structures and intimate headphone tracks.

With this album Howl reveals his true talent as a songwriter and arranger, mixing well-crafted storytelling with a dry wit, it is also more ambitious, touching on themes of idol worship, friends and the family unit.

The album title emerged from the overarching themes of family and idols, and how people idolise celebrities and try to emulate their lifestyle.

This is encapsulated in the song « Meet Lou’s Needs », about so many people in music trying to copy Lou Reed’s look, music, attitude and his drug habits.

As Charles says; « I love Lou Reed but I don’t want to see shit imitations of him every time you go see a show or after party. » Idols are also flagged up in the song « John Albarn », where he imagines two of his musical heroes as one seamless being – John Lennon + Damon Albarn = John Albarn.

The opening track « Death of Print » tells of a 1970s zine in Berkeley which got shut down and disbanded a group of friends.

At times rapturously melodic and others jarringly off-kilter, there’s a real variety of sounds on My Idol Family.

Howl didn’t want to be afraid to get cheesy with this record and as a result, it feels more honest.

Without the pressure of having to be faithful to one particular genre or trying to fit in to the favoured psych revival of recent years, he draws on eclectic influences to embrace a wider scope, thus creating something that sounds refreshingly unique and remarkably modern.

THE VIDEO

MORE INFOS

https://www.facebook.com/CharlesHowlMusic/

http://charleshowlmusic.tumblr.com/

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.