Union de la sécurité: priorités de la Commission pour 2017

La Commission a publié aujourd'hui son rapport sur les mesures prises depuis le discours sur l'état de l'Union de 2016 en vue de renforcer la sécurité de l'UE.​

Union de la sécurité: priorités de la Commission pour 2017

La Commission européenne a publié aujourd’hui son rapport sur les mesures prises depuis le discours sur l’état de l’Union prononcé en 2016 par le président Juncker, en vue de renforcer la sécurité aux frontières extérieures de l’UE, d’améliorer l’échange d’informations entre États membres, de restreindre le périmètre d’action des terroristes et de prévenir la radicalisation.

Un an après ce discours, la Commission a mis en œuvre toutes les priorités liées à la sécurité définies par le président Juncker. Ce 10e rapport sur les progrès accomplis dans la mise en place d’une union de la sécurité fait également le point sur les progrès réalisés dans d’autres dossiers relatifs à la sécurité et examine la poursuite des travaux pour les 12 mois à venir et au-delà. La Commission a soutenu les efforts déployés par les États membres qui se sont concentrés plus particulièrement:

  • sur le renforcement de la sécurité aux frontières extérieures grâce à l’introduction de vérifications systématiques dans les bases de données de sécurité pour tous les voyageurs, y compris les citoyens de l’UE, qui franchissent les frontières extérieures, lesquelles sont désormais en vigueur. En outre, la Commission a présenté des propositions relatives à un système européen d’information et d’autorisation concernant les voyages (ETIAS) et le système d’entrée/sortie de l’UE;
  • sur l’amélioration de l’échange d’informations, en renforçant les systèmes d’information existants tels que le système d’information Schengen (SIS) et le système européen d’information sur les casiers judiciaires (ECRIS).  La Commission a également présenté une nouvelle approche pour parvenir à l’interopérabilité des systèmes d’information de l’UE au service des frontières et de la sécurité;
  • sur la restriction du périmètre d’action des terroristes en érigeant en infractions pénales des actes liés au terrorisme tels que le financement du terrorisme et le fait de dispenser ou de recevoir un entraînement au terrorisme, ainsi qu’en renforçant les droits des victimes du terrorisme. La directive révisée sur les armes à feu a été adoptée afin de mieux contrôler l’acquisition et la détention d’armes et d’empêcher les criminels et les terroristes d’avoir accès aux armes à usage militaire les plus dangereuses;
  • sur la prévention de la radicalisation, la Commission a poursuivi sa collaboration avec les plateformes en ligne par l’intermédiaire du forum de l’UE sur l’internet pour restreindre l’accès aux contenus à caractère terroriste et elle a lancé le programme de renforcement des moyens d’action de la société civile pour promouvoir des contre-discours en ligne. L’unité chargée du signalement des contenus sur l’internet au sein d’Europol a signalé 35 000 contenus à caractère terroriste en ligne au cours des deux dernières années, dont 80 à 90 % ont été supprimés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.