SOUNDS LIKE YEAH ! (FRANCE)

Chaque mois, Euradionantes vous présente un label européen à l'antenne et sur le site internet. Gagnez des disques du label du mois de Mai 2017 en envoyant un mail à musique(at)euradionantes.eu en indiquant "SOUNDS LIKE YEAH !".

SOUNDS LIKE YEAH ! (FRANCE)

 

THE LABEL

IFrameLes trois programmateurs du Festival Yeah! ont lancé leur label Sounds Like Yeah! (SLY) en octobre
2014, toujours motivés par l’envie de continuer la fiesta dans un climat de complicité musicale et de
proximité avec les artistes signés (tous natifs ou basés en région PACA).
À l’image de la programmation du festival, exigeante mais ouverte et sans étiquette figée, les
artistes SLY ont pour mission de nous faire, tour à tour, onduler lascivement, sautiller joyeusement,
ou encore lever les bras et décoller les pieds frénétiquement!

Après la savoureuse pop song intimiste et dansante de HUSBANDS, et le gros son rock du duo trashycomics
NARCO TERROR, le label a soufflé sa première bougie à l’automne 2015, en accueillant sur
son catalogue la toy pop mélodique, ludique et déjanté de CLEARY, la bass music organique et sensuelle
de GHOST OF CHRISTMAS, et le bluesy rock chamanique de KinG.

À cette occasion, SLY a célèbré aussi le lancement de son ‘Vinyl Single Club’, privilégiant les sorties de
maxis en vinyles, et invitant le plus grand nombre à rejoindre la famillYeah, en s’abonnant annuellement,
afin de recevoir un joli paquet garni, et des cadeaux sonores inédits ou en avant première, des
places de concerts et des pass pour le festival à tarifs réduits et plein d’autres surprises…
Et l’idée étant de garder toujours une passerelle ouverte entre le Festival et le label, au même titre
que Husbands et Narco Terror étaient au programme de la 3è édition du Yeah, 2016 a accueilli,
de façon originale et atypique les concerts de Cleary, Ghost of Christmas et KinG.

En 2017, CHARLIE O., NARROW TERENCE, OH !TIGER MOUNTAIN, WELLBIRD rejoindront le catalogue
du label et la programmation du festival, ainsi que MORANDO ET VILLENEUVE AVEC LE TRIO
VACARME, qui eux, graveront sur vinyle les morceaux nés de la Création Yeah! qu’ils ont joués au
Temple Protestant de Lourmarin en 2016.

https://www.facebook.com/Sounds-Like-Yeah-742921382422748/

http://festivalyeah.fr/soundslikeyeah/

https://www.facebook.com/FestivalYEAH

THE ARTISTS / RECORDS

WELLBIRD

Interview with Jim Paillard from Wellbird :

IFrame

“Birds often hide their illnesses very well, and an avian veterin arian may see symptoms of illness that are not observable to the untrained eye.”

Les experts s’accordent à dire que certains oiseaux savent parfaitement dissimuler leurs maux et que seul un œil avisé saurait alors déceler chez eux les symptômes de maladie . A l’évidence, WELLBIRD fait partie de ceux-là.

Faux super-groupe réunissant Sammy Decoster, Jim Paillard (Erevan Tusk) & Nicolas Puaux (Narrow Terence) sous la houlette d’Alex Viudès – opérant lui-même dans chacun des trois projets précités -WELLBIRD est avant tout une affaire d’instinct. Misant sur la bonne entente musicale et humaine pressentie de ce beau monde, ce dernier les réunit avec l’envie fougueuse d’enregistrer une bonne poignée de chansons reflétant ces quatre personnalités. Un projet “simple et rapide, à l’image de ces groupes que l’on montait en une nuit à l’adolescence”.

Après quelques résidences créatives, et soucieux de conserver l’équilibre des premières rencontres, portées par la spontanéïté et leur évident partage d’influences, nos quatre oiseaux se retirent cinq jours dans un studio normand et enregistrent en live les huit titres qui composent leur premier opus “MENU”, à paraître en galette 33T le 28 avril 2017 sur le label Sounds Like Yeah!

L’énergie des répétitions est conservée, les défauts du live également. Le mixage, réalisé au Studio Durango, sous l’égide de Romain Clisson, suit de près l’enregistrement. Un geste précipité, une méthode sans concession, comme purent se faire à l’époque de nombreux albums des 90’s.

Ce savant mélange d’influences rock donnant naissance à une indie pop hybride aussi élégante qu’insoumise, ce maniement dosé de références au passé et de propositions neuves, permettent à WELLBIRD d’insuffler son poison et de livrer ses aspérités. Des airs que l’on siffle, certes, portés par un remarquable jeu autour des voix, à la fois sinueuses et généreuses, qui s’entrelacent et se démêlent pour finalement laisser le souvenir d’un chanteur hybride à quatre têtes. Mais qui tôt ou tard finissent par imprégner l’âme d’un sentiment tortueux. Wellbird fragmente son propos de contradictions simples (langue française contre langue anglaise, arrangements déviants contre grilles harmoniques familières…) et livre au final un monde musical heurté derrière un costume saisissant. Et c’est là leur tour de force – à l’image de l’oiseau resplendissant qui sait taire ses douleurs sous un plumage bariolé.

IFrame
OH TIGER MOUNTAIN
Interview with Mathieu Poulain from Oh ! Tiger Mountain :
IFrame
De retour de son escapade electro pop au sein du projet Husbands, Mathieu Poulain a.k.a Oh! Tiger Mountain nous revient toujours plus chatoyant et lumineux avec Altered Man, troisième LP sous son patronyme félin.

Si son titre évoque le changement, c’est bien de transformation dont il est ici question ; O !TM continue ici sa mutation de songwriter minimaliste en producteur prolifique et impérieux.

Du chemin a été parcouru : À l’urgence extatique et aux surprises baroques de son précédent  album The Start of Whatever s’ajoutent aujourd’hui l’énergie d’une rythmique basse/batterie remuante et une palette sonore enrichie où se côtoient guitares fuzz, envolées lyriques, filtres improbables et autres élucubrations électroniques.

Cette production dense et foisonnante reste cependant au service de chansons concises, tirées au cordeau, avec toujours comme fil rouge cette voix rare, affirmée et rocailleuse.

Loin de toute orthodoxie rock, pop ou indie, le marseillais fait feu de tout bois et se nourrit allègrement d’un demi-siècle de musique : classic rock 70s, pop baroque 60s, indie rock 90s, musiques électroniques d’hier et d’aujourd’hui et autres collages sonores.

Si cet Altered Man irradie dès la première écoute une joie spontanément contagieuse, il en déborde surtout cette sensation de folie sous-jacente que seules peuvent engendrer les expériences solitaires et artisanales de studio, de Todd Rundgren à Brian Wilson, ou, plus proches de nous, des Flaming Lips, Beck et consort aux riches heures du collectif Elephant 6 (Olivia Tremor Control, Of Montreal).

Seul aux manettes de son home studio mobile, Mathieu Poulain continue de frayer son chemin dans l’indie rock, s’affranchissant cette fois des choix esthétiques du lo-fi tout en ne reniant pas une forme de DIY et de contemplation béate, n’hésitant pas à faire le grand écart entre le travail léché et obstiné des années 70 et l’urgence technologique du XXI° siècle. Car au-delà de l’euphorie et du foisonnement de surface se cachent une mélancolie pleine de doutes, drôle parfois, très contemporaine : Né dans les années 80, le chanteur essaie de comprendre un monde qui aura subit depuis bien des révolutions depuis le modem souffreteux de son adolescence et les distortions du réel qui s’en suivirent. Un disque dépourvu de fétichisme, donc, qui ne reconnaît d’époque que la sienne : « Nothing is real & Everything hurts ».

IFrame

More infos : https://www.facebook.com/OhTigerMountain/

NARROW TERENCE

Interview with Nicolas Puaux from Narrow Terence :

IFrame
Après la parenthèse musclée, délicieusement drôle et méchante NARCO TERROR, les frères Puaux ré-intègrent la peau de NARROW TERENCE, et reviennent en quartet, accompagnés de leurs complices Alexandre Viudes et Patrik Lerchmüller, pour nous présenter leur 4ème opus ‘RUMBLE-O-RAMA’, à paraître le VENDREDI 3 FÉVRIER 2017 (Enkirama / Sounds Like Yeah! / PIAS).
Au fil des douze nouveaux titres, cet album – mixé par Phil Avril – arpente les influences musicales et visuelles du groupe :: du roman noir de Simenon aux cauchemars gothiques d’un Dracula, de Danny Elfman à John Barry… et un duo avec Troy Von Balthazar – autre référence majeure – pour ponctuer le tout.
On ressort de ce ‘Rumble-O-Rama’ comme d’une salle obscure, un peu ébloui, la tête remplie d’images, où se croisent sirènes et assassins, vampires et filles perdues, explosions de rage et bonaces salvatrices. Un album à leur image :: polymorphe, colérique, grand format.
KING

KinG est le projet porté depuis 2011 par Alexandre Maillard, qu’on a pu voir sur scène ou en studio aux côtés de Charlie Winston, Katia et Marielle Labèque, Phoebe Killdeer, Micky Green ou encore Hollysiz.

KinG rassemble ses talents de chanteur et multiinstrumentiste, et les synergies de ses plus fidèles compagnons de route au service d’une Vision.

Des horizons possédés et l’héritage de ce que le rock, le blues et les B.O. comportent de plus sombre et incarné.

La lumière qui baigne les êtres transcendant les épreuves et l’étrange avec héroïsme. Tel pourrait être l’axe qui réunit les textes de ces chansons, co-écrits en anglais avec Oh! Tiger Mountain et Thousand.

On ne fait ou n’écoute jamais vraiment de la musique pour les mêmes motifs que son voisin, on peut même adorer une oeuvre pour ces raisons qui font qu’un autre la trouve insupportable, et vice versa. Mais n’est-il question que de musique? Ici le processus s’apparente plus largement à l’art de raconter une histoire.

La voix plante un personnage dans un paysage sonore, et chaque instrument est un élément narratif qui participe à la dramaturgie au même titre que les mots.

Comme dans un film court ou une nouvelle noire, le climat évolue, la voix envoûte, les guitares tendent, l’orgue illumine, les pulsations s’accélèrent, et au terme des expériences que constitue chacun des morceaux, le succès sera ici d’être parvenu à transmettre à l’auditeur une Vision.

Une musique qui se regarde, peut être. Résolument un disque qui s’écoute.

More infos : https://www.facebook.com/King-Maxi-45T-One-985014821580377/

CLEARY

Ovni musical mélodique, ludique et déjanté, CLEARY (projet solo de l’Aixois Yann Cleary, auteur-compositeur franco-irlandais) nous plonge dans une toy pop composée de machines, d’instruments traditionnels (guitare, cordes, piano,…), de lutherie électronique (Nintendo Wiimote, capteurs infra-rouges,…), auxquels viennent s’ajouter des jouets musicaux rares glanés au gré de ses voyages, des manettes de jeux vidéo et autres éléments issus de l’enfance. Sur scène, riche de tout cet attirail, la magie opère, et le public s’implique, invité à rejoindre l’artiste pour contribuer à cette performance inimitable.

IFrame
GHOST OF CHRISTMAS

Ghost Of Christmas are Martin Mey & Gaël Blondeau (Chamade Beat)

Solo adventure started by Gaël, he met Martin Mey at the initiative of TeeTwo. Their musical complicity gave birth to this joint project, which exudes a sensual and organic Bass Music.
The emotion that radiates from their compositions, both minimal and melancholic, made them being playlisted by Laurent Garnier for the English newspaper The Guardian; Garnier then quickly invited them to join his new label, Sounds Like Yeah! (SLY), founded in 2014 with his associates in the Festival Yeah!.
G.O.C. first released a languorous and suave remix ‘Let me Down (Don’t)’ from the Marseilles band Husbands, before celebrating the release of a 5-track EP ‘Awake’ , published in 2015.
Ghost of Christmas was then asked to play at a number of festivals, such as the Mama Festival, Chorus des Hauts de Seine, Les Nuits Sonores , Festival Yeah!, Midi Festival, France Inter… while working on their next record to be released in 2016.

IFrame

Ghost Of Christmas rassemble Martin Mey & Gaël Blondeau (Chamade Beat).
Après avoir lancé l’aventure en solo, Gaël rencontre Martin à l’initiative de TeeTwo ; leur complicité musicale donne naissance à ce projet commun, qui distille une Bass Music organique et sensuelle.
L’émotion que dégagent leurs compositions, à la fois minimales et mélancoliques, leur vaut d’être playlistés dans le journal anglais The Guardian par Laurent Garnier, qui les invite rapidement à rejoindre le catalogue de son nouveau label Sounds Like Yeah! (SLY), fondé en 2014 avec ses acolytes du Festival Yeah!.
G.O.C. sort d’abord sur SLY un langoureux et suave remix du titre ‘Let me Down (Don’t)’ du groupe marseillais Husbands, avant de célébrer la sortie d’un EP 5 titres ‘Awake’, paru en 2015.
Le groupe enchaîne quelques jolies dates, en passant par le Mama Festival, Chorus des hauts de Seine, les Nuits Sonores, le festival Yeah!, Crossover, Midi Festival, France Inter… tout en préparant le prochain enregistrement à paraître en 2016.

More infos : http://www.ghostofchristmas.com/

HUSBANDS

HUSBANDS se sont 3 amis – Mathieu Hocine (Kid Francescoli), Mathieu Poulain (Oh ! Tiger Mountain) et Simon Henner (Nasser) – qui se lancent en quête de la pop song du futur. La rencontre avec Laurent Garnier, Nicolas Galina et Arthur Durigon, programmateurs du Festival Yeah ! est décisive. Ils décident de monter leur nouveau label SLY (Sounds Like Yeah !) dont Husbands sera la première signature.

IFrame
NARCO TERROR
Fusion de la fratrie fondatrice du groupe Narrow Terence, Antoine et Nicolas Puaux enfilent leurs tenues de “loser-heros”, Castor et Pollux Troy, pour prêcher leur gros son trashy-comics avec Narco Terror, au ton frontalement électrique et à la dimension viscéralement rugissante.
Né en 2011, d’une formule allégée de Narrow Terence, le duo a affirmé rapidement un son plus rock et suintant. Les frères ont composé des chansons de façon improvisée, totalement libre, sans s’attacher au songwriting qui régnait jusque là dans leur projet initial. C’est ainsi que Narco Terror s’est émancipé, avec son propre répertoire, permettant d’exposer au grand jour son attachement à des riffs stoners et organiques, éléments fondamentaux et constitutifs du côté mauvais garçon de son grand frère Narrow Terence, et offrant une sorte d’exutoire indispensable au groupe.
Leur son est métallisant et bluesy-crade, sans pour autant laisser de côté une certaine recherche dans les structures et l’approche rythmique.
Sur scène, parés de leurs leggings léopard, slips et maquillage dégoulinant, nos deux anti-héros, tout droit sortis d’un Comics ou d’une série Z, nous livrent la bonne parole trashy musicale à coup de hurlements, de batterie martiale et de riffs gavés aux lipides…

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.